Marie Darodes La tête de Babel clowns au renard mesquin 2017

Didier-super

Concert de Didier Super soutient Badi Haveli

l n’y a qu’un mot à dire, « Soirée Didier Super » : Super !

Super parce que Didier n’a pas failli à sa (mauvaise) réputation en nous offrant son « vieux » solo qui nous a bien rafraîchi les méninges et réchauffé les zygomatiques (sauf si on n’était pas venu de son plein gré. On prévient jamais assez : Ames sensibles, lyriques et susceptibles, s’abstenir !).

De la goujaterie extrême à la vulgarité, il n’y a qu’un pas que D.S (Didier Super) ne prétend pas franchir. En revanche, être son public relève de la réelle prise de risque, celle d’être à tout moment pris pour cible ; Justement, c’est l’une des composantes du spectacle, alors, c’est à prendre ou à laisser. De la blondasse au quadra BCBG, du punk à chiens jusqu’à la vieille ménopausée, y’en a pour tous les (mauvais) goûts. Remarquez que D.S avec son pote Bidouille ne s’épargne pas. Mais rappelez-vous aussi que « y’en a des bien ! ».

« T’inquiète D.S, l’indien maigrichon pour lequel t’es venu chanter gratos dans ce trou paumé, y va pas caner tout d’suite ! ». (On est linguiste ou pas).

Super, donc parce que si on n’avait pas envie de se coltiner D.S, on avait tout de même un beau lot de consolation en la gracieuse présence des ambianceurs de cuisine : « Les pénibles ». Eux aussi ont saisi le généreux prétexte de soutenir le projet Badi Haveli pour venir de Montpellier animer joyeusement et talentueusement le Dance floor de la salle voûtée.

On n’imagine pas tout ce qu’on peut faire avec 2 yukulélés : De la variété au rap, du funk au zouk, de Michel en Michel, les Pénibles sont incollables, in(dé)collables aussi et vachement plus chaleureux qu’un juke box.

Super encore parce que la venue de D.S au Renard associée au projet du Badi Haveli a généré un chouette métissage de gens, de genres et de réseaux : Des renardeaux et consors, en passant par les « zabitués »(dont les fidèles stagiaires de Josy pour la plupart indianophiles), des « zabitants » de Carsan jusqu’aux lointains et courageux nouveaux venus de Valréas, Valence et Toulon, on peut dire qu’il y avait du mélange et du neuf. Et ça, pour le R.M, ce n’est pas moindre.

Une soirée comme ça, au-delà du plaisir bouillonnant des retrouvailles, des découvertes et des rencontres, ça débouche forcément sur des idées neuves à creuser. Alors, pour 2014, on a du (bon) pain sur la planche.

Merci à tous de votre venue et que 2014 vous sourit et nous rassemble à nouveau.